— Printemps Vivant 2019.

2022 chez Classe moyenne, Livre.

Printemps vivant 2019 [titre provisoire], est un livre de photographie conçu par Maxime Guedaly et mis en page par l’Atelier Baudelaire et Arp is Arp. Il sera publié par Classe moyenne éditions en 2022.

« Je me mis à rejoindre sporadiquement le cortège des manifestation, animé par l'envie de faire corps et celle de documenter ce qui s'y jouait. J'étais particulièrement attentif au traitement que les médias leur réservait, que ce soit dans la presse mainstream ou de militants comme Gaspard Glanz. Deux angles opposés mais qui revenaient inlassablement sur le même sujet : la violence. Celle des black blocks d'un côté, celle des flics de l'autre. Pourtant, sur place, je sentais qu'il se jouait plus qu'un message politique à scander, qu'une pancarte à soulever au-dessus de la foule, qu'un fumigène à allumer, qu'un affichage publicitaire à défoncer ou qu'un poing à tendre haut et fièrement. J'y retrouvais un rapport au corps similaire à ce qu'il m'arrivait de vivre lors de fêtes ou de performances artistiques. Un corps vivant. Un corps qui s'échappe un temps des pressions politiques, conventionnelles ou académiques, pour clamer son existence dans un monde où « tout peut s’effondrer »

C'est ce que j'étais venu chercher avec mon appareil photo en manifestations, en boites de nuit et dans les scènes dédiés à la performance : l'expression d'un mouvement commun, une « manière d'être vivant » sur fond de tumulte urbain. La composition en format portrait me vint à la suite de la lecture de « Errance » de Raymond Depardon dont les images et le propos changèrent ma façon de regarder. Soudain, le ciel et le sol revêtaient une nouvelle importance dans la composition photographique. Et ici, pour moi, il ne s'agissait pas de déambuler dans un paysage aux horizons infinis mais bien au contraire, de me mélanger aux corps et de m'en approcher au plus près. Je voyais ainsi dans la verticalité de ce format l'opportunité de décontextualiser les gestes pour leur redonner de l'ampleur et mettre en tension l'énergie dont ils témoignent. Quant au choix du noir et blanc, il émane à la fois d'une certaine fascination pour l'esthétique du magazine japonais « Provoke » alliée au souhait de mettre en application une certaine « écologie de l’attention », au sens d'Yves Citton. Ce qui se traduit par des contrastes volontairement réduits. Une image qui se veut donc plus « discrète » en réponse aux codes contemporains dictés par les algorithmes. » Maxime Guedaly.

Le texte d'introduction est tiré de Générations Collapsonautes, une étude sur les différentes théories contemporaines relatives à l'effondrement de nos sociétés, signée par Yves Citton et Jacopo Rasmi.

Photos et édition : Maxime Guedaly
Design : Atelier Baudelaire & Arp is Arp studio
Texte: Yves Citton, Jacopo Rasmi
Remerciements : Rebecca Lasselin, Constance Heilmann-Herat,Didier D’Abreu, Antoine Barraud,Aymar Crosnier et La Ribot.

Using Format