— Printemps Vivant 2019.

Classe moyenne éditions, publié 2023.

RETOUR EN 2019

Une année marquée par de nombreux mouvements déclenchés par des citoyen·n·es du monde entier, y compris à Paris où la plupart de ces photos ont été prises.Pour certain·e·s, c'est un moment de grands espoirs, d’émancipation des corps et des esprits et pour d'autres, le début d'un effondrement massif.Au début, comme beaucoup, je le vis à travers mon écran. Je suis particulièrement attentif au traitement que les médias leur réserve, qu'ils soient mainstream ou indépendants. Deux angles politiques différents mais un sujet commun qui occupe majoritairement l’espace médiatique : la violence, celle du black block d'un côté, de la police de l'autre.Puis, je rejoins le cortège des manifestations initiées par les gilets jaunes et celles rassemblant les militant·e·s contre le dérèglement climatique. Très vite, j'ai eu l'envie de documenter ce qui se joue chez celles et ceux qui y prennent part.J'y découvre un rapport au corps qui me rappelle celui que je documentais lors de fêtes ou de performances artistiques. Un corps vivant, en soulèvement contre un monde où « tout peut s’effondrer ».

LA RECHERCHE DU MOUVEMENT

Ce que je suis venu chercher avec mon appareil photo en manifestations, en club et dans les scènes dédiées à la performance, c'est l'expression d'un mouvement commun, une manière d'être vivant sur fond de tumulte.Ma recherche ici essaie d'amener ce regard au plus près de l’autre, de composer dans la proximité imposée par le milieu urbain, de me mêler aux corps et de coller au rythme qui les met en mouvement. Lorsqu'elle est poussée à son paroxysme, cette proximité produit des images qui décontextualisent les gestes et les ouvrent à une multiplicité d'interprétations. Une image debout comme un paysage qui se soulèverait du repos dans lequel je ne l’ai que trop vue.

17 MARS 2020, TOUT SE FIGE

900 images plus tard, l’année 2019 se termine. J'imprime mes images et commence à les éditer. Puis la crise du covid provoque le confinement général en France. Pris dans ce temps nouveau et ne sachant quand il y aura un retour « à la normale » ou « à l’anormal », les images deviennent les traces d'une époque rendue subitement lointaine. Cette sensation rend d’autant plus nécessaire le désir d’en faire un livre pour ne pas oublier l’énergie si particulière qui me semblait s’être évaporée en un instant avec la pandémie.

FAIRE TENIR ENSEMBLE CE QUI SE DÉLITE

Pour ma première sélection d'images, je suis une approche similaire à celle que j'emprunte lorsque je prépare des playlists pour le collectif MailTape.Je choisis et je relie les images en fonction de l'énergie et de l'intensité qu'elles me font ressentir, des rapports formels et des associations d'idées qui se produisent d'une page à l'autre. L'ouvrage Générations Collapsonautes d'Yves Citton et Jacopo Rasmi constitue un appui conceptuel complémentaire : mon modus operandi s'en trouve enrichi et conduit à un montage qui relie les entrelacs de la ville et du corps entre fêtes, performances et cortèges.Je finis ainsi par établir une édition de 71 images qui vont constituer l'ouvrage.

Photos et editing : Maxime Guedaly
Design : Atelier Baudelaire + Arp is Arp studio
Textes: Yves Citton, Jacopo Rasmi

Remerciements : Rebecca Lasselin, Constance Heilmann-Herat, Véronique Ellena, Didier D’Abreu, Antoine Barraud,Aymar Crosnier, La Ribot, Zineb Soulaimani, Delphine Manjard, et toutes les personnes qui ont contribué au financement de ce livre.

Publié par Classe moyenne éditions. 200 exemplaires.

Pour vous le procurer, vous pouvez m'écrire ou l'acheter en ligne.
Disponible également chez : Le BAL (Paris), Tipi Books (Bruxelles), MEP (Paris), Jeu de Paume (Paris), Terra Nova (Toulouse), Ombres Blanches (Toulouse), L'Hydre aux milles têtes (Marseille), Zoème (Marseille), Librairie du Palais (Arles), Offprint (Arles), The Phooks (en ligne)...

Using Format